La campagne vaccinale israélienne : prouesse logistique, fiasco démocratique

  • Sur le risque de contracter une forme grave de la Covid, hors vaccin, en fonction de l’âge et de la condition de santé
  • Sur l’efficacité des thérapies alternatives au vaccin (ivermectine, azithromycine etc.)
  • Sur le statut exact et de ce nouveau traitement médical : « thérapie génique », comme est considéré le vaccin à ARNm Pfizer/BioNTech par la Food & Drug Administration (FDA) (p.16 du document lié) ? Ou « vaccin », comme nous avons coutume de l’appeler dans le débat public ?
  • Sur le recul dont dispose la science sur cette technologie
  • Sur l’efficacité et les risques relatifs de l’ensemble des vaccins disponibles sur le marché
  • Sur le niveau de responsabilité pris par les firmes vaccinales dans les effets secondaires éventuels
  • Sur le respect de l’éthique médicale et des droits humains fondamentaux. En particulier, pour un traitement en phase de test, toute personne traitée doit être informée au préalable qu’elle participe à un test médical ainsi que des risques qu’elle prend, en vue de donner son consentement éclairé en tant que participante à ce test.
  • Sur l’état d’avancée de la recherche quant à l’efficacité du vaccin et ses effets secondaires : dans quelle phase de test nous trouvons-nous ? quel recul de temps avons-nous sur les effets secondaires ? quelle est la durée de la mémoire immunitaire offerte ? y’a-t-il des évaluations indépendantes de l’efficacité et des effets secondaires du vaccin ?
  • Sur les effets secondaires à court et long terme, avérés et potentiels, du vaccin, en particulier :
  • Sur l’impact du vaccin en termes épidémiologiques :
  • Sur la balance bénéfices-risques pour chaque tranche d’âge et les différents types de conditions médicales. Il est ainsi nécessaire de confronter le risque de contracter une forme grave de la Covid au risque de subir un effet secondaire du vaccin. En effet, la vaccination peut apporter une balance bénéfices-risques positive pour les personnes qui peuvent développer des formes graves. Cependant, un principe de prudence extrême doit s’imposer lorsqu’on vaccine des personnes bien portantes et présentant un risque extrêmement faible de contracter une forme grave de la Covid, en particulier les moins de 20 ans, pour qui le risque de mourir de la Covid sur une année donnée est de 3 sur 1 million en Israël.
  • Sur l’impact de la vaccination de chaque tranche d’âge de la population en termes d’utilisation des capacités de soin, et donc de possibilités d’ouverture de l’économie et du système scolaire.
  • Tout d’abord, Benyamin Netanyahu utilise la campagne vaccinale israélienne à des fins électorales pour assurer sa réélection le 23 mars 2021. Ces interférences entre campagnes électorale et vaccinale ne sont pas propices à un débat transparent et honnête sur le vaccin. Le précédent tragique du vaccin Dengvaxia de Sanofi aux Philippines aurait dû pourtant servir de leçon. Le président sortant Aquino avait lancé 45 jours avant les élections de 2016 une campagne de vaccination pour tenter de convaincre les Philippins qu’il prenait à bras le corps le problème de la dengue. L’expérience médicale s’est terminée en 2017, après qu’on s’est rendu compte que les personnes vaccinées présentaient un risque plus grand de contracter la dengue que les personnes non vaccinées.
  • Se pose ensuite un problème de transparence de l’information :
  • Par ailleurs, des pressions économiques et financières à la vaccination s’exercent à tous les niveaux, allant pourtant à l’encontre des lois du pays :
  • Enfin, des lois liberticides sont votées par un Parlement quasi-vide, dans ce qui n’est plus qu’un simulacre de démocratie parlementaire. Le 10 mars 2021, par un vote de 5 voix pour et 0 voix contre (le Parlement israélien, appelé la « Knesset », compte 120 députés), l’assemblée plénière de la Knesset a approuvé en première lecture un projet de loi proposant d’utiliser des dispositifs de repérage électroniques (autrement dit des « bracelets électroniques ») pour faire appliquer l’isolement obligatoire des personnes de retour de l’étranger qui souhaitent s’isoler chez elles. Par un vote de 1 voix pour et 0 voix contre, la Knesset a adopté le règlement sur le « badge vert » donnant l’accès aux salles de sport, cafés, lieux de prière etc. aux seuls vaccinés.

--

--

--

I am an economist (PhD), living in Israel. I write about economics, science and politics.

Love podcasts or audiobooks? Learn on the go with our new app.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store
Steve OHANA

Steve OHANA

I am an economist (PhD), living in Israel. I write about economics, science and politics.

More from Medium

Hello guys!...Looking

Expert on Memory Appears as Defense Witness in Ghislaine Maxwell Trial

What is it like to live in Paris?

Sky Rats Are Also Not Bad